Précédent
Suivant

L'organdi

L’organdi fait parti des ces tissus qui subjuguent et qui prêtent aux rêveries. Son origine remonterait aux temps lointains des caravanes qui parcouraient la route de la soie et seraient passaient par la ville d’Ourguentch au Turkmenistan. L’organdi est une mousseline de coton, et n’est pas à confondre avec l’organza qui elle, est une mousseline de soie. C’est l’apprêt que l’organdi reçoit qui lui confère sa rigidité et lui donne cet effet structuré parfois sculptural selon le degrè d’apprêt reçu.  Autrefois, il était utilisé principalement pour des vêtements de cérémonies : baptêmes, communions et mariages. 

1) Le lavage

Vous pouvez laver votre organdi en machine en programmant un cycle délicat à froid ou à 30°. Sachez que votre organdi sera assoupli par le lavage donc si vous souhaitez retrouver avec le temps son aspect rigide, il vous faudra procéder comme le faisaient nos grands-mères : en amidonnant votre organdi.

2) Le séchage

Le sèche-linge est bien évidemment à oublié concernant ce linge particulier ! 

3) Le repassage

Vous pouvez repasser votre organdi si, éventuellement, vous trouvez qu’il a prit des plis disgracieux au séchage. Vous devrez pour cela régler votre fer à température basse. Testez sur un petit bout de tissus au préalable. De toute manière laissez votre organdi avec du mouvement… Ce tissus n’est pas fait pour être lissé…

Le tweed

A l’origine, le tissus de tweed était produit par les paysans Écossais et Irlandais afin de se protéger du climat froid et humide de leur pays. Le tweed est un tissus de laine tissée à partir des races des moutons des contrées. Il y a donc différents tweed car ils sont fabriqués avec les caractéristiques des différentes toisons. Ce n’est qu’en 1848 que le tweed acquière sa renommée de gentlemen farmer, quand le prince Albert décide de fabriquer son tweed propre à son domaine. Les propriétaires Anglais ayant un domaine en Ecosse s’empressent alors de fabriquer leurs propre tweed. 

1) Le lavage

Votre tweed, et notamment pour les vestes et manteaux de chez Bariloche, est à amener au pressing car un nettoyage à sec sera de rigueur. 

2) L’entretien

Vous pouvez brosser votre tweed à l’aide d’une brosse douce afin d’en enlever les fibres d’un autre tissus, comme par exemple les fibres de l’écharpe en laine que vous pourriez porter avec votre veste ou manteau.

Conserver le cintre d’origine de votre veste et manteau Bariloche afin que votre pièce en tweed garde bien sa forme. Lorsque vous enlèverez votre tweed lors de sorties, pensez à faire attention à vous servir de votre chaise comme cintre et non de le poser en le pliant sur le dossier de la chaise au risque qu’il se déforme et prenne de mauvais plis.

Le coton

L’origine du coton semble remonter à la nuit des temps puisque le premier échantillon de coton tissé est trouvé au Pakistan dans une tombe du néolithique qui remonte à 4500 ans avant J-C. Depuis, le coton est retrouvé par les archéologues à divers endroit d’orient et d’extrême-orient. Al’heure actuelle, nous fabriquons autour de 25 millions de tonne de coton par ans. L’histoire du coton est passionnante et troublante quand on pense que cette jolie plante douce aux allures de flocons et de magie a contribué au développement de la mondialisation par sa commercialisation internationale et à la révolution industrielle, que l’ombre des hommes a taché ce blanc immaculé symbole de pureté par l’esclavage, le travail des enfants, les graves crises sociales touchant tout les pays du monde.

1) Le lavage

Vous pouvez sans problème laver vos vêtements en coton à 40° mais il sera préférable de trier les couleurs. Pour un lavage quotidien et peu sale, 30° suffiront et il ne sera pas nécessaire de trier les couleurs. Attention cependant aux nouveaux vêtements que vous allez laver pour la première fois : par principe de précaution, passez-les sous l’eau tiède pour vérifier qu’ils ne dégorgent pas. Si c’est le cas, mettez-les à tremper dans une bassine d’eau tiède avec du gros sel, le sel étant un fixateur naturel de couleurs. 

2) Le séchage

Nous vous déconseillons fortement d’utiliser le sèche-linge comme méthode de séchage. En effet, le sèche-linge abîme et use prématurément les fibres textiles. Le mieux reste encore ce que nous offre une fois de plus la nature : un cintre ou un étendoir exposé à l’air libre. 

3) Le repassage

Programmer votre fer à repasser sur « coton » et repasser de préférence sur l’envers du tissus.

Le lin

Le lin est sûrement la fibre textile utilisée la plus vieille de l’histoire de l’humanité puisque un échantillon vieux de plus de 36 000 ans a été retrouvé en Géorgie. Il est aussi connu que les pharaons utilisaient des bandelettes de lin pour les momifications. Plus tard en Gaulle, c’est Charlemagne qui développe « l’industrie » linière. Cette fibre textile connaîtra une réelle expansion jusqu’à l’arrivée de l’industrie du coton puisque celle-ci sera produite a grande échelle grâce au développement des techniques industrielles alors que le lin restera du domaine de l’artisanat. Autrfois produite à 300 000 ha, elle ne représente aujourd’hui que 75 000 ha en Europe dont 50% en Normandie.

Ce tissu est obtenu par macération des tiges de lin      ( le rouissage) afin d’en extraire les fibres qui seront broyées et raclées pour en extraire la partie ligneuse   ( le teillage) afin d’être peignées puis filées pour le tissage.

1) Le lavage

Avant le premier lavage, et dans l’idéal avant même de porter votre lin, faites-le tremper une nuit dans une bassine d’eau froide additionnée de 25 cl de vinaigre blanc : cela minimisera la rétraction du linge, renforcera sa résistance face aux taches et l’assouplira.

Ne dépassez jamais les 40° pour laver votre lin, utilisez une lessive sans chlore pour palier au jaunissement de la fibre et préférez un essorage relativement doux pour éviter les brisures dans la fibre de lin.

2) Le séchage 

Encore une fois nous ne vous répéterons jamais assez de ne pas utiliser le sèche-linge mais d’utiliser la meilleure méthode qui existe depuis des millénaires : le grand air ! En laissant sécher naturellement votre lin, la fibre va se détendre avec son poids et aura un froissé naturel et délicat. Vos vêtements seront aussi prévenus d’usures prématurées dûes au tambour et les couleurs seront préservées. Cette règle d’or est à mettre en pratique pour tout vos vêtements de toutes fibres et matières confondues et encore mieux ! Vous protégez votre bonne vieille et chère Terre !

3) Le repassage

Pour celles qui voudront un vêtement impeccable sans froissé naturel, il faudra repasser votre lin sur son envers et encore humide avec le fer très chaud.

La laine

L’homme devant se nourrir et se vêtir, l’histoire de la laine commencerait durant l’âge de pierre. Cependant, il serait plus juste de parler des caractéristiques utilisées des mouflons, qui sont les ancêtres de nos moutons domestiqués : la peau tannée et non la toison. En effet, la toison des mouflons est dite plus poilue que laineuse et ne se prête donc pas au filage. Il faudra attendre la sédentarisation et la domestication des animaux avant de pouvoir utiliser exclusivement la toison du mouton comme matériaux d’habillement. Les moutons à laine introduits en Europe depuis le Proche-Orient au début du 4 ème siècle avant J-C n’ont cessés d’habiller les hommes et de les inspirer dans leurs art textiles au grès de leurs pérégrinations. A l’heure actuelle, nous bénéficions de savoir-faire ancestraux : le croisement des races ovines pour la sélection de toisons aux qualités variées, le tissage sur métiers ou aux plaquettes, la confection de tissus de laine aux origines romanesques, la technique primaire du feutre de laine à portée de nos mains de contemporains, le filage au fuseau, le travail des éleveurs- tondeurs et des filatures qui suivent les sillons de nos ancêtres… Bref comme vous l’aurez compris mon coeur est perché dans les montagnes, mes mains usant mon bâton de bergère et les pied bien ancré dans les paturages !  

 

1) Le lavage en machine

Vous pouvez très bien utiliser votre machine à laver pour vos mailles à condition que vous utilisiez le programme « délicat » ou « laine » associé a un essorage très doux.

2) Le lavage à la main

Pensez avant toutes choses que la fibre de laine ne supporte pas le changement de température d’eau. C’est cet écart de température qui fera feutrer votre fibre, conservez donc la même température d’eau pour le lavage et le rinçage. L’idéal est de laisser tremper seulement une quinzaine de minutes vos mailles, cela suffit. Ne malaxer pas, ni ne frotter vos mailles, cela les fera feutrer. Pour le rinçage, procédez aussi délicatement et pensez à garder une température d’eau identique à celle du lavage. L’idéal étant une eau légèrement tiède.

3) Le séchage

Étendez sur une surface plane vos mailles posées sur une serviette éponge, par exemple, cela évitera que la fibre allourdie par le poid de l’eau ne se déforme.

Le tulle

Le tissu Tulle a pour origine la ville du même nom dans le Limousin où l’on fabriqué une dentelle genre guipure selon une méthode manuelle appelée poinct de Tulle déjà connu sous le règne de Louis XIV. Il s’agit d’un tissu transparent et vaporeux formé par un réseau de mailles régulières de fins fils de coton, de lin, de soie et de laine et plus récemment de fibres synthétiques. A l’origine le tissu tulle a été inventé dans le but d’imiter avec les moyens mécaniques la dentelle. Pour ce faire, les premierss tulles furent fabriqués avec des fils de lin, à l’instar de la dentelle blanche, et additionnées de broderies et de jours à l’aiguille.

1) Le lavage

Nous vous recommandons de laver votre tulle, et d’autant plus vos robes et accessoires de chez Chez-Moi, dans un filet de protection afin d’éviter tout risque que le tulle ne s’accroche au tambour de la machine ou à d’autres vêtements, comme par exemple un bouton ou une fermeture éclaire ! La température ne doit pas dépasser les 30°, l’idéal restant de programmer votre machine sur le cycle « linge délicat » ou « lavage à la main » et de privilégier le lavage à froid. 

2) Le séchage

Vous vous en douterez : interdiction formelle d’utiliser le sèche-linge ! Pour sécher votre tulle, déposez-le à plat, sur une table par exemple, et sur une serviette. Si vous voulez faire sécher votre robe ou accessoire de chez Chez-Moi, ne suspendez surtout pas votre vêtement sur un cintre pour le faire sécher : le poids du tissu mouillé le déformerait…

3) Le repassage 

Extrême prudence avec le repassage !! Normalement le nylon ne se repasse pas car il n’en a pas besoin. Cependant, si cela s’avère nécessaire, nous vous demandons de faire très attention car le tulle ne supporte pas la chaleur. Il est donc de rigueur de régler votre fer à repasser au minimum et de tester en premier sur un morceau de tulle non visible.

La viscose

La viscose, qui peut aussi être appelée soie artificielle, est à l’origine un textile végétal mais qui est aujourd’hui produit de manière artificiel. Son histoire débute en 1884 en Isère par la trouvaille de deux chercheurs français qui trouvent le moyen de fabriquer un tissu à l’aspect soyeux bien moins coûteux que le fil de soie puisque qu’il utilise la cellulose et le collodion en remplacement des vers à soie. Dès 1920 le tissu viscose connais un réel essor car il associe les qualités du coton ( peux élastique, non feutrant, confortable et absorbant), les qualités visuelle de la soie par son aspect soyeux, de porter un vêtement attractif peu coûteux ce qui est très important dans le monde de l’industrie et de la consommation. De nos jours, la viscose est très employée en confection, imitant la laine, la soie et le coton. Celon une étude de 2018, la fibre cellulosique, régénérée ou artificielle, est l’une des principales valorisation de la pâte à bois. Cependant il faut savoir que la viscose se dégrade mal et que ses fragments de tissu composent une partie significative des microfibres de la pollution plastique en mer. 

1) Le lavage

Je vous conseille vivement de laver votre viscose à froid car elle à un réel  pouvoir de rétraction. Cette fibre supporte mal le lavage à 30° malgré l’étiquette qui vous indiquera un lavage à 30° !! Personnellement, je profite de mes lavages en cycles laine ou délicats pour y inclure mes vêtements en viscose. De toute façon, je vous rappelle que dans un soucis de préservation de vos textiles et écologique, le lavage à froid est en règle générale amplement suffisant.

2) Le séchage

 Pas de séchage machine sauf si vous voulez voir rétrécir votre robe préférée !

3) Le repassage

 La viscose supporte mal le fer chaud donc attention. Régler votre fer à repasser sur le programme « soie ». 

Les Nouvelles Collections!!!

Les nouvelles collections Printemps-Été sont arrivées en boutique.

Vous les retrouverez bientôt en ligne